Le Jazz comme on l'aime ...

Prochaine Réunion

samedi 24 juin 2017 à 21h

Les nouveautés du disque et diverses vidéos

Pierre CHRISTOPHE nous propose des nouveautés comme quelques extraits de la série de 9 CD de La Grande Parade du Jazz de Nice 1979.


On peut y entendre une foule de géants du jazz comme Carrie Smith, Mary Lou Williams, Harry Edison, Eddie Lockjaw Davis, Illinois Jacquet et bien d'autres.
Plus quelques extraits vidéo de concerts récents de notre club.

Prochain Concert

jeudi 4 mai 2017

GUILLAUME NOUAUX TRIO

Organisé par le
Hot Club Marennes-Oléron
en partenariat avec la
Mairie de MARENNES


Guillaume Nouaux nous propose Un voyage en Louisiane au début du siècle dernier, dans l'atmosphère des trios mythiques de La Nouvelle-Orléans...

Guillaume Nouaux à la batterie accompagné de Jérôme Gatius (photo) à la clarinette et Didier Datcharry au piano, interprète un répertoire ancré dans la tradition du jazz des origines, où se mêlent des airs de ragtime, de blues, de swing et des airs populaires de La Nouvelle-Orléans.

Habitué à sillonner l'Europe, le Guillaume Nouaux Trio a su fédérer un large public de connaisseurs et d'amateurs de jazz traditionnel, mais aussi un public simplement heureux de passer un bon moment en compagnie de musiciens généreux et qui aiment partager l'esprit festif de cette musique.

Un spectacle à ne pas manquer.

Adhérez au HOT CLUB MARENNES-OLÉRON

Téléchargez le formulaire et expédiez-le à l'adresse indiquée.

Ecoutez SWING FM
La Radio du Hot Club de Limoges

Astuce : savourez encore plus l'excellente programmation de SWING FM en HIFI, en connectant votre ordinateur sur votre chaîne, grâce à un câble standard disponible dans le commerce.

Abonnez-vous au Bulletin du Hot Club de France

Un magazine original traitant aussi bien de l'actualité des musiciens d'aujourd'hui que des grandes figures de l'histoire du jazz.

(Duke Ellington)

Ecoutez notre indicatif en entier

Nos partenaires

Articles, Conférences,

Présentations faites au Hot Club

Pourquoi un tel sujet ce soir? Parce que la clarinette est un instrument magnifique et fort différent des autres instruments à anche. Cela tient à 2 choses: d'abord le bois (et non le métal ) dont il est fait ( oublions les très rares cl. métalliques ), et ensuite sa tessiture beaucoup plus étendue que celle des saxes: 3 octaves et une quarte contre à peine plus de 2 pour les saxes. Et s'il fallait ajouter autre chose pour justifier ce choix, ce serait le dédain injustifié dans lequel beaucoup d'amateurs la maintiennent par rapport notamment au saxo ténor supposé plus viril, plus "jazz", comme si la virilité était un critère de qualité musicale! Et comme si elle n'avait pas été un élément essentiel dés la naissance du jazz ! Voyons ces 3 points:

1/ LE BOIS . La clarinette en tire ce son ferme, chaud, envoûtant avec ce fumet "Sud créole", que n'ont pas au même degré les instruments métalliques; vous verrez à l'audition des disques combien la clarinette possède ces qualités quand elle est entre de bonnes mains et comme le bois, sous la vibration de l'anche, donne un vibrato et un timbre extrêmement prenants où le souffle de l'instrumentiste, sa "voix ", passe mieux que sur tout autre instrument. C'est typiquement l'instrument qui permet dès les premières notes d'identifier l'interprète aussi sûrement qu'une voix familière au téléphone. A ces qualités, les musiciens noirs, les louisianais surtout, ont bien sûr apporté les éléments propres à leur pratique musicale: volume, vibrato, fermeté que nous détaillerons plus loin et qui les tiennent si loin de la mièvrerie qui afflige un Benny Goodman ou un Artie Shaw. Et n'oublions pas les doigtés qu'ils ont inventés ou ajoutés et qui étonnèrent tant les musiciens de conservatoire.

Claude Tissendier

2/ LA TESSITURE DE LA CLARINETTE nous avons déjà noté qu'elle s'étend sur plus d'une octave de plus que les saxes ce qui lui confère cette fluidité extraordinaire tant en solo qu'en contre-chant notamment dans les collectives à 3 voix : trompette, trombone, clarinette, caractéristique du jazz tel qu'il était pratiqué à la Nouvelle Orléans ou à Chicago dans les 25 ou 30 premières années du XXème s. et le fût, et l'est encore, dans les formations pratiquant ce style. On ne s'étonnera pas que la cl. ait été ainsi le premier instrument à s'émanciper du jeu d'ensemble de ce trio trompette-clarinette-trombone pour s'exprimer avec de plus en plus d'indépendance, jusqu'au solo, ce à quoi se refusait le trompette leader conscient d'avoir à assurer le déroulement du thème et, à plus forte raison, le "lourd" trombone aux fonctions plus basiques. Ces clarinettistes N.O. savent faire parler leur instrument et raconter une histoire souvent avec volubilité, parfois aussi avec sobriété, mais toujours en étant clairs, persuasifs, sans effets gratuits de virtuosité . Ah La La ! Quelle plaie la virtuosité quand elle tourne à vide! )

3/ LA DÉSAFFECTION DE LA CLARINETTE: C'est peut-être cela justement qui explique le désintérêt du public pour la clarinette : A force d' être volubiles sans avoir rien à exprimer, certains clarinettistes, dont Benny Goodman sera l'archétype et le chef de file, n'arrivent plus à mettre ni volume, ni vibrato, ni sens dans leurs notes; ils n'arrivent plus à faire chanter et s'exprimer leur instrument, à raconter une histoire. L'auditeur se fatigue alors de ce trop de notes, de cette absence de discours musical au profit du seul doigté impressionnant, peut-être, mais réduisant la musique à une enveloppe vide. On comprend dans ces conditions que le public se soit orienté vers ce fameux saxo-ténor tellement plus "viril" et surtout plus apte à se faire entendre dans les grands orchestres naissant au début des années 30. Seul, Duke Ellington maintient un rôle majeur à son clarinettiste, Barney Bigard, et à ses successeurs après 1935. La présence de B.Goodman ou d'A.Shaw à la tête de leurs propres grands orchestres, jusque loin dans les années 40, tient au rôle de virtuose qu'ils s'y étaient donné dans ce style virtuose et creux . Notez bien qu'avant eux, personne n'aurait eu l'idée de trouver que Johnny Dodds, Sidney Bechet, Bigard , Nicholas et tous les autres, manquaient de "virilité"! Ce n'est pas la clarinette qui est en cause mais l'usage qui en est ainsi fait. Vous devinez que ce n'est pas un panorama des grands clarinettistes que je vous propose, mais l'instrument lui-même, sa place dans les petites ou grandes formations, . C'est pourquoi, sauf exception je ne vous noierai pas de détails biographiques et m'en tiendrai aux particularités que chaque clarinettiste tire de son instrument en fonction de sa personnalité et de ses capacités Dans tous les cas et aux différences de personnalité près, leur discours est d'abord clair et chantant Ce ne sont pas des baratineurs, des verbeux. Ecoutez! Ils vous parlent vraiment.

  Suite des clarinettistes